Statuts déboulonnés pour l’Arbre aux Hérons

Tandis qu’ici et là on déboulonne des statues, l’Arbre aux Hérons, lui, n’est peut-être pas près d’être boulonné. Comme tout fonds de dotation, le Fonds de dotation Arbre aux Hérons doit publier ses comptes au Journal officiel dans les six mois suivant la fin de son exercice. Vu les brillants résultats de 2019, on comptait donc sur une publication glorieuse le 30 juin, voire plus tôt. Cruelle déception : elle n’est pas venue. Mais le Fonds a quand même publié quelque chose…

Le Journal officiel du 4 juillet annonce que le Fonds de dotation Arbre aux Hérons devient le Fonds de dotation Arbre aux Hérons et Jardin Extraordinaire. Pas vraiment une nouveauté : ce changement de nom et de périmètre a été validé par le conseil métropolitain du 4 octobre 2019, puis par le conseil d’administration du Fonds le 19 décembre. Le Fonds avait alors trois mois pour déclarer le changement à la préfecture de Loire-Atlantique. Il lui en a fallu six.

Le changement de nom et d’objet peut répondre à deux hypothèses à la fois opposées et convergentes :

1) Si par bonheur le Fonds de dotation de l’Arbre aux Hérons croulait sous des dons supérieurs aux besoins de la construction, autant que le Jardin Extraordinaire, c’est-à-dire Nantes Métropole, profite de cette manne.

2) Si par malheur la réalisation de l’Arbre aux Hérons devait être abandonnée, autant que le Jardin Extraordinaire, c’est-à-dire Nantes Métropole, profite de l’argent qui resterait en caisse.

Le conseil métropolitain s’inscrivait dans la première hypothèse. « Les entreprises privées contributrices pourront ainsi œuvrer pour la construction d’un projet global : l’Arbre aux Hérons dans le Jardin Extraordinaire », expliquait-il. Puisque le projet était « global », le Jardin n’était pas envisageable sans l’Arbre, et réciproquement. Mais dans les nouveaux statuts du Fonds, le global fait place à une juxtaposition. Il s’agit juste de « participer au financement de l' »Arbre aux Hérons » et du jardin extraordinaire ». Il n’y aura pas d’Arbre sans Jardin, mais il peut très bien y avoir un Jardin sans Arbre.

Le mutisme de Kickstarter

Quant à l’avalanche d’argent, on sait que, à ce jour, les dons des entreprises n’atteignent même pas la moitié du budget nécessaire. Pourquoi prétendre participer en plus au financement du Jardin Extraordinaire si l’on n’a déjà pas de quoi financer l’Arbre aux Hérons ? Le changement des statuts augure donc mal de l’avenir du projet.

Et les choses pourraient s’aggraver. Une modification des statuts n’est opposable aux tiers qu’à partir de sa publication. Ici, donc, à partir du 4 juillet. Tous les mécènes du Fonds qui ont signé avant cette date pourraient demander à récupérer leurs billes, faisant valoir qu’ils se sont engagés sur autre chose. D’autant plus que l’Arbre est devenu beaucoup moins consensuel à Nantes depuis que les écolos n’en veulent plus.

À la trentaine d’entreprises concernées s’ajoutent les 5 511 contributeurs de Kickstarter. Au printemps 2018, ils ont apporté leur bon argent à un Arbre qui devait être achevé au printemps 2022. En découvrant le changement des statuts, plus d’un aura l’impression de s’être fait empapaouter. Mais personne ne les a avertis jusqu’à présent, pas plus le Fonds que le créateur officiel du projet, Bruno Hug de Larauze. Qui, d’après les règles de Kickstarter devrait les rembourser si le projet initial n’était pas réalisé. Kickstarter va-t-il intervenir pour défendre ses ouailles ? Même à dos de héron, c’est encore loin l’Amérique.

Sven Jelure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *