Un nouveau tramway plus, plus, plus…

Plus de doute, les prochaines municipales sont sur les rails. Pour preuve, cette communication à tout-va sur cette ville “pionnière” que les Nantais ont la chance d’habiter. Après la présentation de la navette “plus” autonome et “plus” innovante qui a valu cette photo improbable (et réjouissante !) d’un ministre de l’Écologie entouré de l’élite nantaise, sauf Madame la Maire, voilà donc le tramway « nouvelle génération » attendu pour 2022 !

2022 ? Au lendemain des prochaines municipales. Le timing est parfait à l’image de la communication sur ces futures rames à l’esthétique “sobre et épuré”, “plus lumineuses et transparentes” et on vous passe les autres “plus” du dossier de presse, retranscrit mot pour mot, ou presque, par une presse enthousiaste. Ce futur tramway ne peut être que “plus” puisqu’un panel (si, si…) de Nantais a été associé au projet.

La réalité, comme pour la navette “plus” autonome, écologique et innovante que celle qui circulent déjà presque partout, est moins brillante que le tableau qu’on nous en brosse. Dans le sens du poil bien entendu. La Semitan va ainsi se débarrasser de ces vieilles rames, grinçantes et fatiguées pour un matériel nous offrant « un saut sur les plans technologiques, de confort, d’esthétique et de capacité ». Pensez donc, on nous annonce pour 2022/2025 une augmentation de capacité de… 20 % !

Les rames, déjà surchargées en tout début de matinée comme en fin d’après-midi, offriront donc 20 % de places supplémentaires. Comme si, depuis le lancement du tramway à Nantes, le trafic n’avait augmenté que de 20 % ou comme si on ne prévoyait, pour les 20 ans qui viennent, qu’une augmentation de 20 %. Plus de visibilité pour les futurs passagers du tramway, oui bien sûr, mais ce qu’on attend de la présidente de Nantes Métropole et son vice-président aux transports, maire de Saint-Herblain, c’est un peu plus de vision. Épargnons le Président de la Sémitan, Pascal Bolo, empêtré dans le dossier de l’ex-futur stade de son “ami” Kita.

Drôle de tram…

Mme la Maire n’en continue pas moins d’affirmer que Nantes est, comme en tout domaine, une ville “pionnière”. Hélas, les chiffres ne lui donnent pas vraiment raison : Strasbourg, mais aussi Bordeaux ou Lyon n’ont pas attendu Nantes pour développer leurs réseaux de transports en commun. Et pour transporter, chaque jour, un nombre de passagers sensiblement supérieur.

Comme le dit le journal “encore un peu de patience avant de rouler dans ces nouvelles rames”. Elles seront, c’est sûr, aussi bondées, de 2022 à 2040, qu’elles le sont aujourd’hui. Nantes plus propose donc à la municipalité de retenir sans attendre Patrick Sébastien pour l’inauguration (en 2022, il semble que son agenda sera allégé). Histoire de reprendre avec lui tous en chœur, “ah ce qu’on est serré au fond de cette rame…”

5 réponses sur “Un nouveau tramway plus, plus, plus…”

  1. Bravo pour la photo qui illustre cet article. Il aurait (peut-être) fallu qu’il précise qu’il s’agissait du tramway de Tours, copie presque conforme du futur tramway nantais. Ouest-France (qui vous lit ?) soulignait d’ailleurs cette similitude dans on édition d’hier (lundi 11). Rien de surprenant puisque l’esquisse nantaise est sortie du bureau de la designeuse du tramway tourangeau… Le tramway nantais, en plus de toutes ses qualités, sera donc plus… ressemblant !

    1. Merci pour le compliment. C’est vrai que ce serait amusant que nous soyons lus par OF. Mais ce n’est pas la similitude entre les tramways qui nous gène, c’est la sur-communication plus plus métropolitaine.

  2. Un tramway sans « visage » pour une ville dé-Bretonisée, accrochée à des PdL sans âme! Atteinte de Boboïte éléphantesque, d’un Port transformé joliment en Boîtes à saouleries, et équipée de tramways dont toutes les lignes vous amènent plein Centre. Nantes n’a pas de tramway périphérique permettant de se transporter facilement du Nord à l’Ouest, du Sud à l’Est, etc…Il faut impérativement passer par le Centre…ou bien prendre des Bus avec correspondances. Mais on a la chance d’avoir un beau périphérique bien saturé! Kenavo.

  3. il me semble mesquin d’appeler Johanna Rolland madame LA maire alors qu’elle a toujours insisté pour qu’on l’appelle madame LE maire… un détail sans doute mais qui n’est pas sans importance…
    sinon l’article ne manque pas d’intérêt…

    1. Mais vous avez totalement raison Vincent. À Nantes, Monsieur le maire s’appelle Johanna. C’est une preuve de plus que notre ville est en avance sur tous les dossiers contemporains ; y compris sur l’intégration aux plus hautes fonctions métropolitaines de transgenres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *